Qui peut être garant ?

Qui peut être garant ?

Vous vous demandez qui peut se porter caution pour vous ? Commençons par voir ce qu’est un garant et pourquoi il est si important de trouver un garant pour pouvoir se loger. Pour être garant, il faut remplir plusieurs conditions, les plus importantes sont d’avoir une situation stable (CDI hors période d’essai) et de gagner 3 fois le loyer. Le propriétaire est en mesure de refuser un garant s’il estime qu’il ne gagne pas suffisamment. Il y a aussi plusieurs documents à fournir au garant (justificatif d’identité, de revenus, de domicile et de situation professionnelle.

Qu’est-ce qu’un garant ? – définition 

Le garant [aussi appelé la caution] est une personne physique solvable ou une personne morale [banque, entreprise de cautionnement]. 

Un garant est constamment réclamé par le propriétaire pour se protéger des éventuels impayés du locataire. C’est pourquoi il est fortement recommandé de trouver un garant solide pour pouvoir louer. 

En signant l’acte de cautionnement en présence du locataire et du propriétaire, le garant s’engage à couvrir les dettes du locataire en se portant caution pour lui. L’acte de cautionnement prévoit aussi la durée et la nature de l’engagement du garant. C’est en cas d’impayé que le garant intervient. La caution est chargée de rembourser : les loyers + charges non réglés ainsi que les travaux de remise en état en cas de dégradations. 

Il existe 2 types de caution quand on se porte garant : 

  • La caution simple : En cas d’impayé, le propriétaire devra se retourner dans un premier temps contre le locataire pour réclamer un remboursement. Si malgré les relances et commandements de payer le locataire ne paye pas [refus ou insolvabilité] le propriétaire pourra se retourner contre la caution.
  • La caution solidaire : Le propriétaire peut se retourner contre le garant dès le premier impayé.

Avant d’accepter de se porter caution d’un locataire, il faut bien réfléchir au risque financier que cela peut représenter si le locataire ne paye plus. C’est pourquoi il est conseillé au garant d’avoir suffisamment d’épargne pour pouvoir couvrir les impayés. 

Quelles sont les conditions à remplir pour être garant ? 

Tout le monde ne peut pas se porter caution d’un locataire, il y a plusieurs conditions à remplir pour être garant

Ces conditions concernent la rémunération du garant, sa situation professionnelle, les documents qu’il doit signer. Aussi, un propriétaire ne peut pas cumuler un garant ainsi qu’une garantie loyer impayé.

Enfin, c’est le propriétaire qui donnera ou non son accord pour accepter un garant.  

Salaire — Combien un garant doit-il gagner ?

La condition principale pour être garant est d’être solvable et d’avoir suffisamment de revenus pour pouvoir couvrir les dettes du locataire.

Mais alors, combien doivent gagner un garant pour locataire ? En général on considère qu’un garant doit gagner au moins 3 fois le montant du loyer [charges incluses]. C’est le propriétaire qui estimera si un garant gagne suffisamment.

Ex : 

Pour louer un T1 à Paris au prix de 1 000 €, le garant devra gagner au moins 3 000 € par mois. 

Pour louer un T3 à Paris au prix de 1 819 €, le garant devra gagner au moins 5 457 € par mois.

Afin de s’assurer de vérifier la solvabilité de la caution, le propriétaire peut réclamer : 

  • La dernière taxe foncière [si le garant est propriétaire de son logement]
  • Les bulletins de salaire des 3 derniers mois du salarié
  • Un justificatif de pension de retraite [si le garant est retraité]/d’indemnités/d’allocation 
  • Justificatifs de revenus fonciers et immobiliers

Ces documents fournis par le garant permettent de se faire une bonne idée de sa situation financière et s’il sera en mesure de couvrir les dettes du locataire.

Emploi – Le garant a-t-il une situation stable ? 

Au-delà de la situation financière du garant, ce qui intéresse le propriétaire, c’est de savoir si le garant a une situation stable. 

Il privilégiera quelqu’un en CDI hors période d’essai, un fonctionnaire ou un retraité. Les CDD, intermittents du spectacle et les autoentrepreneurs sont considérés comme des profils à risque, car leur situation financière peut plus facilement se dégrader. 

Pour s’assurer de la situation professionnelle du garant, le propriétaire peut lui réclamer :

  • Son contrat de travail 
  • Une attestation de l’employeur 
  • Extrait de Kbis

Propriétaire – Le propriétaire peut-il refuser un garant ?

Oui, le propriétaire peut très bien refuser un garant même s’il remplit toutes les conditions nécessaires. Le salaire demandé peut varier d’un garant à l’autre et d’une ville à l’autre.

Il arrive même que des propriétaires demandent des revenus 4 à 5 fois supérieurs au loyer ou qu’ils exigent plusieurs garants pour une location.

Aussi, les propriétaires n’apprécient pas quand une personne qui se porte garant : 

  • Ait des crédits en cours  
  • N’est pas un proche du locataire 
  • Assure plusieurs locataires à la fois 
  • Habite à l’étranger 

Attention ! Un garant ne peut être refusé en raison de son origine ou de sa religion. 

Quels sont les documents à fournir pour remplir un dossier de garant ?

1 ou 2 justificatifs d’identité : 

Garant physique > 1 seule pièce d’identité [carte d’identité/passeport/permis]

Garant moral > 2 justificatifs [K.bis + justificatif d’identité du référent légal]

1 justificatif de domicile : 

  • Facture [eau, gaz, électricité] 
  • Quittance de loyer du dernier mois [locataire]
  • Taxe foncière [propriétaire]
  • Attestation d’assurance logement datant de moins de 90 jours

1 ou plusieurs justificatifs de sa situation professionnelle : 

  • Contrat de travail/Contrat de stage/Attestation signée par l’employeur
  • Extrait de K.Bis [activité commerciale]
  • Duplicate de la carte de professionnel [profession libérale] 
  • Tout autre justificatif qui témoigne d’une activité professionnelle
  • Certificat d’identification de l’Insee [travailler indépendant]

1 ou plusieurs justificatifs de ressources financières : 

  • Les 3 dernières fiches de paie [salariés]
  • Le dernier avis d’imposition
  • Revenus issus de l’immobilier [titre de propriété, taxe foncière]
  • Indemnités/pension/retraite/caf/allocations/aides sociales
  • Les 2 derniers bilans d’activité [professionnels non salariés]
Quelles sont les charges que paye le propriétaire ?

Quelles sont les charges que paye le propriétaire ?

L’immobilier donne lieu à de nombreuses taxes, certaines sont dues par le propriétaire, d’autres par le locataire. Certaines sont payées par l’un et remboursées par l’autre.

Qui paye la taxe foncière ?

La taxe foncière est un impôt local payé tous les ans par le propriétaire d’un bien immobilier (logement, terrain, parking, résidence principale et secondaire, etc.) du fait de sa propriété. Ainsi, un propriétaire qui n’habite pas son bien payera seulement la taxe foncière. 

En aucun cas, le locataire ne payera la taxe foncière et cette taxe n’est pas récupérable sur le locataire.

Cette taxe est en légère augmentation chaque année pour compenser l’endettement des collectivités locales.

Elle concerne à la fois : 

  • Une propriété bâtie (TFPB)
  • Une propriété non bâtie (TFBNP)

Le site impot.gouv permet de payer la taxe foncière en ligne.

Comment calculer la taxe foncière ?

La taxe foncière est calculée par l’administration fiscale en fonction de la « valeur cadastrale locative du bien » ainsi que d’un taux d’imposition. La valeur locative cadastrale est une valeur établie par les centres des impôts et elle correspond, théoriquement, au loyer annuel que le bien immobilier imposé produirait en cas de location.

Le montant dépend de la taille du logement, mais surtout de la commune où il est situé.

Le taux d’imposition étant voté par les collectivités territoriales, il peut varier fortement d’une commune à l’autre, ce qui rend le calcul de la taxe foncière assez complexe. 

Quelle est la date limite pour payer la taxe foncière en 2019 ? 

  • Si vous payez par courrier : le 15 octobre 2019 
  • Si vous payez en ligne : le 20 octobre 2019. Attention, il y a une majoration de 10 % en cas de retard.

Qui paye la taxe d’habitation ? 

La taxe d’habitation est due par celui qui … habite ! Un propriétaire qui habite son propre appartement devra donc régler la taxe foncière et la taxe d’habitation.

Le locataire paye directement la taxe d’habitation à la commune et le propriétaire n’intervient pas dans ce processus mis à part pour les biens vacants entre 2 locations ou la collectivité locale pourra lui demander de justifier si son bien est loué ou pas.

La taxe d’habitation est calculée selon le même modèle que la taxe foncière (par rapport à la valeur locative et du taux d’imposition).

La suppression totale de la taxe d’habitation sur la résidence principale d’ici 2023

Véritable promesse du mandat d’Emmanuel Macron, la suppression totale et pour tous les ménages de la taxe d’habitation aura lieu pour 2023.

Cette mesure reste un manque à gagner pour les collectivités territoriales. Les indicateurs qui ont permis de fixer la taxe d’habitation ont été fixés il y a 50 ans et sont aujourd’hui obsolètes. 

Bien que la suppression soit annoncée, il est possible que cette taxe soit compensée par un nouvel impôt pour couvrir le manque à gagner des communes.

Qui paye la taxe d’ordures ménagères (TOEM) ?

La taxe d’ordures ménagères, c’est la taxe qui permet de payer le nettoyage des rues. Comme elle profite uniquement à l’habitant, elle est due par le locataire. Elle fait partie des charges récupérables.

Comme elle est payée par le propriétaire, celui-ci a le droit de récupérer la totalité de la somme sur le locataire

 

Loi Elan : Tout savoir sur l’encadrement des loyers en 2019

Loi Elan : Tout savoir sur l’encadrement des loyers en 2019

L’encadrement des loyers : c’est quoi et comment cela marche ? 

L’encadrement des loyers vise à lutter contre la hausse excessive des loyers pour les logements vides ou meublés en France. 

L’encadrement concerne les contrats de logements (vides ou meublés) qui sont en résidence principale ou à usage mixte.

 La loi Elan de 2018 vise à améliorer l’accès au logement, elle précise la loi ALUR de 2014 qui a créé en premier lieu l’encadrement des loyers.

Le propriétaire devra respecter le loyer de référence à compter du 1er juillet 2019.

Quelles sont les communes concernées ? 

L’encadrement des loyers ne concerne que les villes qui sont situées en zones tendues.

 Les zones tendues concernent les zones/communes où il y a une forte densité de population et l’accès au logement est difficile, les prix des loyers y sont élevés et ne cessent d’augmenter. 

Qu’est-ce que l’Indice de Référence des Loyers IRL ? 

Créé en 2005, L’IRL (Indice de Référence des Loyers) est fixé tous les ans, il était de 1,70 % au premier trimestre 2019. L’indice sert à l’encadrement de l’augmentation des loyers.

Le montant du loyer ne peut pas dépasser celui de l’indice. L’IRL est à la hausse depuis des années.

Tableau de l’évolution de l’IRL au premier semestre 2019


Source : ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement)

À titre indicatif, il y a 1149 communes/28 agglomérations (surtout autour de Paris) qui sont en zone tendue en France. Pour savoir si vous êtes en zone tendue, rdv sur le site du Service-Public.

Dans les zones tendues, le loyer d’une résidence principale est plafonné :

  • Lorsqu’il y a un nouveau locataire (remise en location)
  • Lors du renouvellement du bail (même locataire)

1 ère mise en location

1 ère mise en location

Le propriétaire est libre de fixer le montant du loyer

Possibilité d’augmenter son loyer s’il a été sous-évalué 
Attention à respecter les conditions des cas particuliers de la hausse du loyer (en zone tendue à Paris, dans les autres communes).

Le propriétaire est libre de fixer le montant du loyer

Il faut prendre en compte la période durant laquelle le logement était vide/non loué :
(+/- de 18 mois).
Si le logement a été loué au cours des 18 derniers moisSi le logement n’a pas été loué au cours des 18 derniers mois
Le nouveau loyer ne doit pas être supérieur à celui du locataire précédent

En cas de non-révision du loyer pendant 1 an, le loyer peut être légèrement augmenté si celui-ci ne dépasse pas l’IRL (+1,70 %/≈ +129 €). 

il existe 2 exceptions pour dépasser l’évolution de l’IRL :
Sous-évaluation du loyer précédent 
Il y a eu des travaux d’amélioration pour améliorer la conformité du logement depuis le départ du locataire
Le bailleur peut choisir quel montant il souhaite appliquer.

Source : Services Publics 

Pourquoi un retour de l’encadrement à Paris ?

Le retour de l’encadrement des loyers à paris s’est fait pour éviter la flambée des prix de la location à Paris. Le dispositif est entré en vigueur le 1er juillet 2019.

Qui est concerné par l’encadrement des loyers ? 

L’encadrement concerne uniquement Paris Intra-muros et non sa banlieue, il sera expérimenté dans la capitale pour une durée de 5 ans.

Qu’est-ce que le loyer de référence et comment il se calcule ? 

Pour fixer le montant du loyer, les propriétaires doivent prendre en compte le loyer de référence.

Le loyer de référence correspond au loyer médian. 4 critères sont à prendre en compte pour fixer son loyer de référence :

  • Le nombre de pièces : 1, 2, 3, 4 ou plus 
  • La location vide ou meublée 
  • La date de construction
  • L’adresse du logement

Le loyer de référence majoré : = loyer de référence + 20 %Le loyer de référence minoré : = loyer de référence – 30 %

Calcul et simulation du loyer de référence 

Le site officiel du gouvernement met à disposition un simulateur de l’encadrement des loyers. L’encadrement des loyers se fait hors charges.

Loi Elan : Quels changements pour les propriétaires et les locataires après le 1er juillet 2019 ?

La réforme de l’encadrement des loyers pour les propriétaires 

La mesure de l’encadrement des loyers à Paris a été assez mal accueillie par les propriétaires.

Les plus petites surfaces (studios, chambres meublées) sont les plus implantées par l’encadrement des loyers.
Concernant les nouveaux contrats (vide, meublé, bail mobilité) signés après le 1er juillet 2019, les propriétaires sont obligés de respecter l’encadrement des loyers.

Le propriétaire peut fixer son loyer grâce au simulateur de l’encadrement des loyers. Il doit préciser : le nombre de pièces du logement, si la location est vide ou meublée, la date de construction et l’adresse.

Le site fait apparaître 3 mentions : 

  • Le loyer de référence minoré (correspond au loyer de référence minoré de 30%)
  • Le loyer de référence
  • Le loyer de référence majoré (correspond au loyer de référence majoré de 20%)

Calcul montant maximum autorisé :

(Loyer de référence majoré) * (surface en m2 habitable)

Si le loyer habituel > montant maximum autorisé, il faudra baisser ce montant pour un futur locataire.
‎≠

Si le loyer < plafond autorisé, il n’est pas possible de le faire monter jusqu’au plafond (zone tendue). Sauf très forte sous-évaluation de son loyer ou gros travaux, il est interdit d’augmenter son loyer à Paris entre 2 locataires.

Si l’on est déjà au plafond du loyer et que l’on bénéficie d’un très beau logement bien aménagé (ex. : balcon, terrasse, parking), il est possible de faire un complément de loyer.

La réforme de l’encadrement des loyers pour les locataires

L’encadrement ne s’applique pas pour les locataires ayant signé avant le 1er juillet 2019. Ils ne peuvent pas demander une baisse de loyer même si le montant est plus élevé que le plafond actuel autorisé.

Contestations : Les recours en cas d’abus : plafond de loyer, complément de loyer

En cas de contestation : 

  • Du plafond de loyer : le locataire peut saisir le préfet d’Ile-de-France par lettre recommandée avec AR. En cas de refus du propriétaire après jugement du préfet, le propriétaire risque une amende allant de 5.000 à 15.000 euros.
  • D’un complément de loyer abusif : il faut saisir sous 3 mois la commission de conciliation des baux d’habitation.
Les droits et devoirs du locataire

Les droits et devoirs du locataire

Payer son loyer et les charges locatives 

Le loyer 

Le locataire est bien sûr obligé de payer mensuellement son loyer. Il est possible de payer son loyer en espèces, chèque ou virement automatique. Le loyer est le plus souvent réglé en début de mois.
Si le locataire ne paye pas son loyer, il peut s’exposer à des sanctions ou une procédure judiciaire.

Les charges locatives 

Il existe 3 grands types de charges que le locataire doit payer : 

  • Les charges en lien avec le logement et l’immeuble : eau, énergie, électricité, chauffage.
  • Les charges en lien avec la copropriété : entretien de l’immeuble, ampoules, palier.
  • Les taxes locatives comme la TOEM (taxe des ordures ménagères). 

Certaines charges sont récupérables par le propriétaire. Le locataire doit aussi payer la taxe d’habitation. Elle est réglée directement par le locataire auprès de la commune.

S’assurer contre les risques 

Chaque dommage causé par le locataire à l’immeuble pourra lui être reproché, le locataire en est responsable. Il doit s’assurer pour prendre en charge les risques. Le défaut d’assurance peut être un motif de résiliation de bail du locataire.

L’utilisation des lieux 

Le locataire est libre de jouir de son bien (aménagement, invitation de personnes, fumer). Mais il a aussi des obligations. Le locataire doit respecter les règles de la copropriété et du voisinage. Aussi, le logement ne peut pas être utilisé pour un usage professionnel si cela n’est pas prévu dans le contrat. 

Entretenir le logement et effectuer des réparations  

Les petites réparations courantes sont à la charge du locataire. Ces réparations peuvent concerner :

  • L’entretien annuel de la chaudière et/ou du chauffe-eau à gaz
  • La réparation et raccords de : la moquette / lino / parquet / carrelage, la peinture / papier peint  
  • Le remplacement des installations électriques : prises, interrupteurs, luminaires, fusibles, coupe-circuits

Le locataire peut-il faire des travaux et si oui lesquels ?

Il faut discerner les simples aménagements du logement (ameublement, décoration) des transformations du logement.

Aménagement : Le locataire est libre d’aménager son logement comme il veut. Il peut effectuer des aménagements légers sans demander l’accord de son propriétaire : 

  • Effectuer des peintures. Seul des couleurs neutres (blanc, beige) sont autorisées sans l’accord du bailleur. Si des couleurs voyantes sont utilisées, il faudra repeindre avec une couleur neutre avant de rendre l’appartement.
  • Percer des trous dans les murs, mettre des étagères ou des tableaux aux murs 
  • Sécuriser les fenêtres.
  • Poser de la moquette

Transformation : Pour toutes transformations, le locataire doit obligatoirement demander un accord écrit de son bailleur.  

La sous location 

L’accord du propriétaire est nécessaire pour sous-louer sa location. Un loyer inférieur à celui de la location doit être prévu pour une sous-location.

Les droits du locataire / obligations du propriétaire 

Les travaux, réparations et entretiens à la charge du bailleur 

Le locataire a normalement droit à un appartement en bon état avec des équipements fonctionnels. Cependant en cas de mauvais état d’usage en début de bail, le bailleur se doit d’effectuer certaines réparations.   

Le propriétaire doit se charger : 

  • Des réparations urgentes 
  • De l’amélioration des parties communes (cage d’escalier, ravalement de façade)
  • De l’amélioration de la performance électrique (compteur électrique, isolation, chaudière
  • De maintenir la location dans son état normal de fonctionnement (changement de robinets défectueux, toilettes non fonctionnelles, volets déficients). 
  • Faire en sorte que le logement loué soit décent

Le locataire et le propriétaire peuvent s’arranger sur prise en charge de certains travaux.

Le locataire peut prévoir une clause dans le bail qui fixe la nature des travaux et présenter la facture au propriétaire pour se faire rembourser. EX : Supposons que les travaux coûtent 1 000 €, le locataire peut réclamer une réduction sur son loyer sur plusieurs mois pour se faire rembourser.

Attention : il est toujours mieux pour le locataire de se mettre d’accord sur la nature et le mode d’exécution des travaux AVANT d’engager les frais.

Cela évite que le propriétaire ne rembourse pas les travaux car il n’a pas donné son accord.

Le bailleur se doit d’informer le locataire avant la réalisation des travaux :  il peut l’informer par lettre remise en main propre ou par lettre recommandé avec AR. 

Le bailleur doit préciser :

  • La nature des travaux (performance énergétique, travaux d’urgence, améliorations) 
  • La durée des travaux, date de départ

Hors weekend, le locataire se doit permettre l’accès aux ouvriers pour effectuer les travaux.

Le dédommagement des travaux 

Le locataire peut être dédommagé si les travaux durent plus de 3 semaines. En cas de caractère abusif, non-respect des règles fixées, d’impossibilité de vivre dans l’appartement, il est possible de saisir le tribunal d’instance ou de demander une résiliation de bail au tribunal.

Donner congé [à condition de respecter un préavis] 

Le locataire peut quitter son logement à tout moment à condition de respecter des règles de préavis. Pour un bail non meublé, le préavis est de 3 mois, le préavis en location meublée est de 1 mois. Si le logement est en zone tendue, le préavis est de 1 mois. 

Pour donner congé, il suffit d’envoyer une lettre recommandée avec AR ou de remettre la lettre en main propre au propriétaire. Il est aussi possible de procéder par acte d’huissier.

Voir notre article sur le préavis pour plus de détails.

Les visites surprises sont interdites 

Le bailleur ne peut en aucun cas effectuer des visites surprises dans le logement du locataire. Il doit lui demander l’accord. Sinon il y a “violation de domicile”.

Le locataire a droit à un logement décent 

Le bailleur doit obligatoirement louer un appartement décent au locataire. Le logement doit respecter les normes d’hygiène, d’électricité et de sécurité.

Un logement décent : 

  • C’est un minimum de 9 min 2m2 de surface habitable
  • Est sans risque pour la sécurité du locataire
  • N’est pas envahie par des nuisibles [rats, cafards, fourmis…] 
  • Respecte à minima les performances énergétiques [bien voir si le disjoncteur fonctionne] 
  • Permets au locataire de jouir d’un bon usage des équipements fournis [ex. : frigo froid, plaque de cuisson]

Ceci n’est pas un appartement décent

Source : Le Journal Toulousain
La loi Elan – Bailleur

La loi Elan – Bailleur

Promulguée le 16 octobre 2018, la loi Elan s’impose comme la réponse du gouvernement face à l’évolution des problématiques liées au logement, notamment l’amélioration du cadre de vie au quotidien et le développement des territoires. Ses 214 articles ont pour double objectif de faciliter les nouvelles opportunités de construction, et protéger mieux les plus démunis. 

Renforcement du contrôle des locations touristiques

Cherchant à lutter contre le développement de plateformes de location saisonnière, les locations à courte durée sont désormais encadrées.  Le propriétaire doit fournir le nombre de nuitées louées dans l’année sur demande de la commune, sous peine d’une amende de 5 000 euros.

Dans les villes de Paris, Bordeaux ou Lyon, une déclaration préalable de ce type de location est nécessaire, et partout en France, la location ne peut dépasser les 120 nuits par an. Le dépassement de ce plafond expose le propriétaire à une amende allant jusqu’à 10 000 euros en cas de refus.

 Le Bail mobilité

Mettant en œuvre les promesses de la campagne présidentielle, la loi Elan créait un nouveau contrat de location meublée pour les personnes en mobilité (formation professionnelle, apprentissage, service civique…), avec des conditions plus souples : 

  •  durée de 1 à 10 mois non renouvelable ;
  • résiliation à tout moment et sans motif avec 1 mois de préavis
  • charges forfaitaires
  • aucun dépôt de garantie
  • caution Visale pour couvrir les loyers impayés

L’encadrement des loyers 

La loi Elan confirme le retour du dispositif d’encadrement des loyers. 

  • Il est reconduit à titre expérimental pour 5 ans dans les zones tendues.
  •  Pour le reste, il peut être appliqué dans les collectivités locales volontaires, ou sur ordre du préfet quand des tensions locatives sont constatées. 

En cas de non respect de cet encadrement, le bailleur s’expose à rembourser le trop-perçu, et à une amende allant jusqu’à 5 000 euros. 

Dématérialisation du contrat de location résidentiel 

Mettant l’accent sur le numérique, la loi Elan autorise la création d’un bail numérique avec une signature électronique, ainsi que la possibilité de transmettre par voie numérique les diagnostics obligatoires pour la location. 

Avant de signer ce bail, il faut bien sûr convaincre votre propriétaire avec un bon dossier de location ! Pour tout savoir sur sa constitution, voici notre article sur le dossier de location.

Article Unkle - Le FSL

Le FSL peut-il se porter garant ?

Comment le FSL peut être garant ? Le FSL (Fond de Solidarité pour le Logement) peut se porter garant pour les personnes en difficultés financières (salaire inférieur…
Lire l’article

Est il obligé d’avoir un garant ?

Un garant est-il obligatoire ? Ce n’est pas obligatoire mais fortement recommandé La majorité des propriétaires réclament systématiquement un garant pour se protéger des loyers…
Lire l’article
6 conseils pour trouver une location

6 conseils pour trouver une location

1. Fixer un budget et affiner ses recherches 

Combien êtes-vous prêt à mettre au maximum pour un logement ? Le budget varie très fortement d’une ville à l’autre et d’un quartier à l’autre, comptez plus de 700€ à Paris. Une fois vos critères fixés, vous verrez quel quartier est le plus abordable.

Préférez-vous un logement meublé ou vide ?  Un logement vide peut paraître moins cher, mais l’achat des meubles, le déménagement et le temps consacré à l’ameublement peuvent vite faire grimper la facture. Si vous n’avez pas de voiture ou personne pour vous aider, il faut compter entre 3 et 4 allers-retours pour tout déménager.  

Pas de panique si vous ne gagnez pas 3 fois le montant du loyer. Il existe d’autres méthodes pour voir si vous êtes solvable (pension alimentaire, salaire, retraite,  épargne…) et booster votre dossier. Unkle peut devenir votre garant. 

Les prix de l’immobilier à Paris

Source : SeLoger

2. Prévenez votre entourage et utilisez les réseaux sociaux 

Demandez autour de vous si quelqu’un connaît quelqu’un qui louerait un appartement. Les réseaux sociaux sont vos amis. Postez un message sur votre mur pour décrire votre recherche.

Si vous êtes étudiant, regardez sur la page dédiée au logement de votre école, ou postez un message sur le groupe des anciens. 

Pensez aussi à vous inscrire à des groupes Facebook spécialisés dans le logement. Facebook permet d’éviter frais d’agence et d’interagir rapidement avec ceux qui publient.

3. Les sites, meilleures applis, pour votre recherche   

Le site choisi doit bien sûr être fiable, les annonces doivent y être contrôlées. Le service client de ces sites doit est sérieux. Les 4 sites les plus connus pour focaliser ses recherches sont : PAP.fr, Seloger et Century21, Leboncoin

Voici une liste des meilleurs sites immobiliers pour que vous puissiez juger par vous-même.

Les applis sont souvent gratuites et proposent de nombreuses offres avec des options de ciblage. Voici quelques applis pour faciliter vos recherches : Bien’ici, Leboncoin, PAP, Seloger et Logic immo.

Surtout, évitez toute liste payante. Il n’est pas normal de devoir payer pour pouvoir prétendre à certaines offres ou bénéficier d’une visite d’un logement. 

4. Être réactif, facilement joignable + alerte email 

La concurrence est rude et la demande est forte (surtout dans les grandes villes). Il n’est pas rare qu’un logement parte très rapidement. En 2019 il y avait 3,5 millions d’acheteurs face à 2,2 millions de vendeurs en France (source : My sweet Immo).

Quand vous rencontrez une annonce qui « matche » avec vos critères :

  • Visionner les photos. Faites une petite recherche avec Google pour voir si elles n’appartiennent pas à une banque d’image (on ne sait jamais).
  • Notez le téléphone de l’annonceur et contactez-le de suite pour obtenir un RDV ou une visite. Ne pas hésiter à rappeler s’il ne répond pas ou à lui envoyer un SMS. Petit tips en plus : essayez d’enregistrer le numéro de l’annonceur + le logement en question s’il vous rappelle.

Voyez si l’adresse vous convient.

Pour ne rien rater, pensez à programmer des alertes email pour les logements qui correspondent à vos critères. Pensez à désactiver votre mode vibreur pour pouvoir réagir immédiatement si une annonce vous plaît.

5. Être en mesure de présenter un dossier complet 

Un bon dossier de location c’est avant tout un dossier complet.

 Le dossier permet au propriétaire de se faire une image du potentiel locataire, il est donc important d’en soigner le fond et la forme.

Le dossier de location sert à rassurer, il faut insister sur certains points. Vous êtes soigneux et solvable. Vous avez un garant solide et/ou une situation stable.

Pour plus de détails, n’hésitez pas à consulter notre article sur le dossier de location.

6. Bien préparer sa visite d’appartement 

La recherche se prépare en amont. Il est possible de rencontrer les agents immobiliers avant la visite pour discuter avec eux.

Il y a 7 points clés à prendre en compte pour bien préparer sa visite d’appartement :

  • Faites votre recherche en ligne et renseignez-vous sur les agences
  • Prenez en compte vos revenus 
  • Ayez un dossier complet et soigné 
  • Faites gagner du temps au propriétaire (ayez toujours un dossier sur vous)
  • Soignez votre attitude : (ponctuel, souriant et poli) 

Remerciez le propriétaire pour son temps.

Pour plus de détails, consultez notre article sur la préparation de la visite d’appartement.

Bonne chance pour votre recherche ! Ne lâchez rien. Pensez à votre pendaison de crémaillère que vous ferez quand aurez votre logement.  

Article Unkle - Un garant pour quoi faire ?

Un garant : pour quoi faire ?

Qu’est ce qu’un garant ? Les propriétaires reçoivent parfois jusqu’à plus de 50 candidatures pour un logement notamment dans les grandes villes. Ils privilégient donc le…
Lire l’article
Qu’est-ce qu’un organisme de caution ?

Qu’est-ce qu’un organisme de caution ?

Qu’est-ce qu’un organisme de garant pour location, comment fonctionnent-ils, qui est éligible, combien cela coûte ? Ces entreprises sont des « garants moraux » qui se portent caution pour les locataires qui ne remplissent pas toutes les conditions du marché (CDI, 3 x le loyer, garant) et qui ont du mal à louer en France. C’est un plus pour ceux qui n’arrivent pas à trouver un garant.

Définition : organisme de cautionnement 

La caution désigne le fait de couvrir les dettes d’un locataire s’il y a un impayé. Il existe des organismes privés ou publics. Le garant est généralement un proche du locataire (garant physique). 

Plusieurs organismes de garanties locatives sont apparus avec la précarisation du marché de l’emploi et la difficulté de se loger dans les grandes villes. 

Ces entreprises permettent de faire toutes les démarches en ligne afin d’obtenir un garant. Le service s’adresse à ceux qui ont des difficultés pour convaincre un propriétaire de leur louer. En effet, pour les candidats qui ne remplissent pas toutes les conditions (CDI/gagner 3 fois le loyer/avoir un garant solide/avoir un historique en France), la recherche de logement peut s’avérer longue et complexe. 

Ces « garants moraux » tiennent compte de ces difficultés et proposent de se porter caution d’un locataire (en échange d’une commission). Ainsi, il augmentera ses chances de convaincre le propriétaire. 

Comment un organisme de garant peut m’aider dans ma recherche de location ?

Ces organismes de caution pour loyer visent à rassurer le propriétaire et à le convaincre de vous louer. 

Quand un propriétaire met un bien en location, sa première crainte est de ne pas se faire payer. Il demandera donc de fortes garanties et un garant solide financièrement. Un candidat-locataire qui ne gagne pas suffisamment ou qui n’a pas une situation stable est considéré comme « un profil à risque » par le propriétaire. Son dossier de location sera souvent en bas de la pile. 

Pour donner des chances aux candidats-locataires « atypiques », ces entreprises proposent de se porter garant des locataires pour leur donner plus de chances de décrocher un logement. Il suffit de présenter un certificat d’égibilité au propriétaire, ce document permet au propriétaire de recevoir son loyer en cas d’impayé. Le propriétaire peut donc faire confiance à un locataire sans prendre de risques.  

A qui s’adresse un organisme de cautionnement ?

Un organisme de caution s’adresse à ceux qui ont des difficultés pour louer un logement car ils n’ont pas un dossier suffisamment solide. Contre une commission d’environ 3,5 % du loyer, l’organisme permet de trouver un garant moral en ligne. 

Cela représente plusieurs profils :

  • Ceux qui n’ont pas une situation stable : les freelances, les intérims, les CDD et les CDI hors période d’essai. Les propriétaires ne veulent pas prendre de risque avec ces profils car ils ne savent pas si leur contrat sera renouvelé.
  • Les personnes qui ne gagnent pas 3 fois le loyer : On estime que pour louer un logement, il faut pouvoir gagner au moins 3 fois le montant du loyer.
  • Ceux qui n’ont pas un historique récent en France : Cela concerne les expatriés et les impatriés. Les propriétaires hésitent à leur louer (même s’ils gagnent suffisamment), car ils ne savent pas comment faire pour récupérer le loyer.
  • Les personnes sans garant.        

Ce service s’adresse aussi à ceux qui n’osent pas demander à leur famille de se porter garant pour eux.

Quels sont les frais d’un organisme garant ?

Ces organismes se rémunèrent en prenant une commission d’environ 3,5 du loyer charges incluses. La commission prélevée sert à financer le service, les frais de dossiers ainsi que l’assureur qui couvre les loyers impayés.

C’est le locataire qui paye la garantie (tous les mois) pendant l’ensemble de la durée du bail. Cela permet de couvrir ses éventuels impayés. Le locataire ne paye que s’il trouve son logement. Il ne peut pas arrêter de payer le service avant la fin du bail (sauf en cas d’accord du propriétaire).

Contrairement à la garantie loyers impayés, le service est gratuit pour le propriétaire. Le propriétaire est couvert automatiquement dès le premier impayé et n’a aucune démarche à faire de son côté.

En combien de temps mon dossier peut être analysé ?

La garantie en ligne se fait sur le site de l’organisme. Il suffit de remplir un questionnaire et de télécharger ses justificatifs sur sa plateforme. Le process peut être bouclé en 5 min.

Une fois les documents téléchargés, une équipe d’experts (opérationnels) traitent les dossiers et vérifient les informations. 

Quels sont les délais pour avoir une réponse ?

Une première réponse se fait sous 2h. Si le candidat locataire remplit tous ses justificatifs et s’il est éligible à la garantie, le dossier peut être finalisé en 24h.

Comment fonctionne un organisme garant ?

Toutes les démarches se font en ligne par le locataire. Le candidat postule en ligne, ses pièces sont analysées. Si le candidat est éligible à l’offre, un certificat d’égibilité lui est envoyé. Le certificat est à montrer au propriétaire lors des visites de logements. L’entreprise se rémunère avec une commission sur le loyer et les charges.   

Afin d’analyser le dossier d’un candidat locataire, l’organisme tient compte de :

  • Son salaire
  • L’épargne disponible 
  • Sa situation professionnelle 
  • Son référent

Voici les différentes étapes pour être garantie :

  1. Se rendre sur le site et remplir un questionnaire d’égibilité (5 minutes)
  2. Télécharger ses documents : pièces d’identité + avis d’imposition …
  3. L’entreprise vérifie les documents et répond sous un délai de 24h 
  4. Un certificat d’égibilité est envoyé au locataire : ce certificat est à présenter au propriétaire lors des visites d’appartement 

Le propriétaire donne son accord et signe. Après avoir signé, il est couvert en cas d’impayés.

Est-ce que les propriétaires sont favorables à des organismes privés comme garant ?

Les propriétaires cherchent avant tout à être rassurés et à recevoir leur loyer chaque mois. Le fait que ce soit le locataire qui paye est un plus pour eux car cela ne rogne pas sur leur investissement locatif. Ce système est plus facile à mettre e place que la GLI ou la caution bancaire.

Un autre point fort de l’offre est la simplicité des démarches pour se faire rembourser. Il suffit de prévenir l’organisme et le remboursement est effectué en moins de 48h.

Cette solution est encore nouvelle sur le marché, c’est pourquoi dès qu’un locataire trouve un logement, un expert d’Unkle se charge de présenter le service au propriétaire.

Qu’est-ce qu’un organisme de caution ?

Qu’est-ce qu’un organisme de garant pour location, comment fonctionnent-ils, qui est éligible, combien cela coûte ? Ces entreprises sont des « garants moraux » qui se portent caution…
Lire l’article
Pourquoi passer par un organisme de cautionnement ?

Pourquoi passer par un organisme de cautionnement ?

Propriétaires, découvrez en quoi un organisme de garant pour location peut vous aider à sécuriser vos loyers gratuitement ! En passant par un garant en ligne pour votre locataire vous bénéficierez d’une garantie très complète et gratuite pour vous protéger des impayés. Dites adieu aux loyers impayés et aux démarches interminables avec Unkle !

Pourquoi favoriser un organisme garant plutôt qu’un particulier ?

Garant physique vs garant moral — avantages/inconvénients 

Avantages Inconvénient 

Garant physique

(Une personne proche du locataire)

– Les propriétaires sont familiers avec ce type de garantie 
Gratuit contrairement à la GLI
– Pas de conditions d’activation 
– Le garant ne peut pas se désengager
– Rien ne protège de l’insolvabilité du garant (perte d’emploi)
Possible refus de payer
– Obligé de passer par la justice en cas de refus de payer du garant
– En cas d’impayé, le propriétaire ne peut pas expulser le locataire ni récupérer son loyer

Garant moral /
Organisme de cautionnement

(Une entreprise appuyée pas un assureur) 


– Gratuit pour le propriétaire 
– Loyer 100 % remboursé dès le premier impayé 
– Pas de démarches administratives 
– Pas de délai de carence 
– Pas de franchise 
– Prise en charge de la procédure d’expulsion 
– Loyer remboursé jusqu’à 96 000 €

– Payant pour le locataire 
– Service encore peu connu

L’avantage de passer par un garant moral c’est de bénéficier d’une garantie loyers impayés gratuite, sans condition et immédiate en cas d’impayés. Toutes les démarches se font en ligne et l’organisme se charge des procédures d’expulsion du locataire.

Concernant le garant physique, rien ne protège le propriétaire si celui-ci est insolvable ou s’il refuse de payer. 

Quelles sont les garanties qu’un organisme garant peut m’apporter ?

Passer par un garant moral permet de s’assurer de recevoir son loyer chaque mois en cas de non-paiement du locataire. C’est un gage de sécurité supplémentaire. 

Le garant moral étant une société soutenue par un assureur, les montants garantis sont plus élevés et le risque est moindre.

L’organisme de garant diminue aussi les risques d’insolvabilité des locataires en pré sélectionnant les profils. Une vérification des justificatifs et des pièces permet d’éviter les faux documents. 

Le service fait gagner du temps au propriétaire en sélectionnant lui-même les locataires.

Enfin, c’est un gage de tranquillité, car on est sûr d’être remboursé quoiqu’il arrive sans démarches à effectuer.

Comment les organismes garants fonctionnent-ils ?

Toutes les démarches se font en ligne sur le site de l’entreprise, le candidat locataire ou le propriétaire fait une demande de garant sur le site. Le locataire paie une commission de 3,5 % pour être assuré.Le propriétaire remplit ses coordonnées et celles du locataire. Le propriétaire n’a rien à payer de son côté, il a juste une attestation à signer comme il accepte d’être garanti.

Comment trouver un garant pour son locataire ?

Si le propriétaire souhaite louer rapidement son logement, mais qu’il n’a pas encore trouvé de locataire, il peut appeler directement l’organisme qui lui choisit un locataire garanti. 

Que se passe-t-il en cas d’impayé de la part de mon locataire ?

Si le locataire ne paye plus, il suffit de prévenir l’organisme de cautionnement par téléphone et un remboursement est mis en place dès le premier impayé. La garantie peut couvrir jusqu’à 2 ans de loyers impayés (max : 96 000 €).

Le remboursement se fait immédiatement sans franchise ni délai de carence. La démarche d’expulsion du locataire qui ne paie plus est entièrement prise en charge.

Il n’y a pas de conditions pour bénéficier du remboursement : « pas de relances, pas de lettre de commandement de payer avec AR, pas d’avocat, pas d’huissier, nul besoin d’aller au tribunal

Unkle — la GLI gratuite pour le propriétaire

Quel est l’avantage par rapport à une garantie loyers impayés ? 

La garantie loyers impayés est une assurance qui couvre le propriétaire en cas d’impayés. Elle est payée par le propriétaire et coûte environ 3 à 5 % du loyer charges incluses.

La GLI ne fonctionne pas toujours et ses conditions d’utilisation sont très strictes : 

  • Sélection rigoureuse des locataires (que des CDI, avec des revenus 2,7 fois supérieurs au loyer)
  • Les profils atypiques [CDD, intérims, CDI hors période d’essai] sont mis de côté 
  • C’est le propriétaire qui paye : cela rogne sur son investissement 
  • Le remboursement n’est pas immédiat 
  • La procédure est lourde côté propriétaire : relances, prévenir l’assureur, prouver qu’il a bien vérifié que le locataire était solvable

Pour permettre à plus de personnes de se loger, Unkle.fr a décidé de proposer une “GLI inversée” qui conserve les mêmes garanties que la GLI classique, mais sans tous ces inconvénients.

Tout savoir sur la caution pour un appartement

Tout savoir sur la caution pour un appartement

La caution pour appartement est essentielle pour pouvoir se loger en France. Bien qu’elle ne soit pas obligatoire, elle est systématiquement demandée par le propriétaire qui cherche à se protéger. Des solutions nouvelles comme le garant en ligne permettent de trouver un garant pour accéder à un logement.

Définition : caution

La caution (ou garant) est une personne physique ou morale qui s’engage à payer le loyer à la place du locataire en cas de défaillance de sa part. La caution peut être simple ou solidaire.

La caution est-elle obligatoire ?

Non, le fait d’avoir une caution n’est pas obligatoire pour louer un logement. Cependant, l’immense majorité des propriétaires exigent une caution afin de garantir leur loyer.

Il existe 2 types de cautions : la personne physique (généralement un parent ou un proche de la famille du locataire) et la personne morale (c’est une entreprise, une banque ou une assurance ou un organisme de garantie locative).

Pour se porter caution, il faut avoir plus de 18 ans, être en CDI hors période d’essai (ou une situation stable) et gagner plus de 3 fois le loyer. Une fois le garant accepté par le propriétaire, il devra signer l’acte de cautionnement.

Attention, un propriétaire ne peut pas à la fois exiger un garant et souscrire une assurance loyers impayés. Sauf si le locataire est un étudiant / en apprentissage et qu’il ne bénéficie d’aucune bourse.

Pourquoi faut-il une caution ? 

Une caution est nécessaire pour rassurer le bailleur.

Autrement dit : Le propriétaire veut pouvoir donner les clés de son logement à un locataire et recevoir son loyer chaque mois. Le garant intervient quand le locataire ne paye plus son loyer.

De son côté, le locataire a besoin d’avoir un garant solide afin de booster son dossier de location et faire que son dossier soit accepté par le propriétaire. C’est un facteur clé pour décrocher un logement quand il y a beaucoup de candidats et peu d’offres (surtout à Paris et dans les grandes villes).

Comment faire quand on n’a pas de caution ?

Quand on ne trouve pas de garant pour location il devient très difficile de louer en France. Cela est particulièrement vrai pour ceux qui n’ont pas un dossier solide : 

  • Les étrangers qui arrivent en France : le propriétaire n’est pas rassuré, car il ne sait pas comment se retourner contre le locataire s’il ne paye pas 
  • Les CDD : Rien n’assure que le locataire renouvellera son CDD et sera toujours en mesure de payer dans les mois à venir 
  • Ceux qui ne gagnent pas 3 fois le loyer : il est difficile de subvenir à ses besoins et de payer son loyer en gagnant seulement 2 fois le loyer. Au moindre coup dur ou Il dépense imprévue, cela devient difficile.

Il arrive aussi que le propriétaire réclame plusieurs garants pour une même location, ce qui complique grandement la tâche du locataire.

Heureusement, des solutions existent pour toutes ces personnes (6 millions en France) qui ne remplissent pas une ou plusieurs de ces conditions.

Le dispositif FASTT vient en aide aux intérimaires.

Le cautionnement bancaire permet de placer l’équivalent d’1 an de loyer sur un compte bloqué. En cas de défaut de paiement du locataire, l’argent bloqué sur ce compte servira à rembourser le propriétaire.

Le garant en ligne est une solution innovante qui permet de souscrire à un garant en ligne en échange d’une commission de 3,5% du loyer. Les conditions d’égibilité sont plus souples que pour les solutions classiques. Ce dispositif a l’avantage d’être gratuit pour le propriétaire.

Quel est le rôle du garant et quelle est l’étendue de son engagement ?

Se porter caution est un acte engageant à ne pas prendre à la légère. Si le locataire ne paye pas, le garant est contraint légalement de payer à sa place tous les mois à sa place. C’est pourquoi, il est conseillé de se porter garant pour des proches. 

La caution simple : la caution simple est moins risquée pour le garant. En effet, cette caution oblige le propriétaire à se retourner dans un premier temps vers le locataire pour réclamer ses dettes. Cela inclut des relances et des commandements de payer. Ce n’est qu’en cas d’échec de cette procédure que le propriétaire peut se retourner vers le garant.

La caution simple est peu utilisée en France. Le propriétaire préfère davantage la caution solidaire, car elle est plus rapide et requiert moins de démarches de sa part.

La caution solidaire est la plus utilisée par les propriétaires en France. Elle permet au bailleur de se retourner directement contre le locataire en cas d’impayés sans avoir à passer par le locataire.

La personne qui se porte garant s’engage sur ses biens, son salaire et ses gains (logement inclus). Le conjoint du garant n’est pas concerné par remboursement.

Afin de se porter garant d’un locataire, le garant doit fournir un ensemble de documents au propriétaire :

  • 1 justificatif d’identité
  • 1 justificatif de domicile
  • 1 ou plusieurs justificatifs d’activité professionnelle
  • 1 ou plusieurs justificatifs de revenus

Enfin, il devra signer l’acte de cautionnement.

L’acte de cautionnement 

L’acte de cautionnement est un écrit qui concerne le garant, le bailleur et le locataire. En signant l’acte de cautionnement, le garant s’engage à remplir ses obligations et à rembourser le propriétaire si le locataire n’est plus en mesure de payer. La lettre de garant précise la nature et la durée (déterminée ou indéterminée) de l’engagement du garant ainsi que le montant du loyer écrit en toutes lettres.

Unkle se porte caution pour vous 

Rien de tel qu’un garant en ligne pour décrocher un logement. Le certificat d’égibilité Unkle vous permettra de convaincre le propriétaire lors de vos visites d’appartement. Faites votre demande de garant en min de 3 minutes sur notre site, nos experts vous répondrons sous quelques heures.

Tout savoir sur la caution solidaire

Tout savoir sur la caution solidaire

La caution solidaire vise à sécuriser et rassurer le propriétaire et à lui permettre, d’être remboursé par le garant si le locataire ne paye pas. L’acte de cautionnement précise la durée et la nature de l’engagement du garant.

Qu’est-ce qu’une caution solidaire ? 

La caution solidaire est la plus utilisée par les propriétaires en France. En effet, elle a l’avantage d’être plus rapide et moins procédurière pour le propriétaire. C’est une bonne garantie contre les impayés à condition d’avoir bien pris soin de vérifier la solvabilité du garant.

Dès le moment où le propriétaire ne reçoit pas son loyer, il peut faire intervenir le garant du locataire. Le propriétaire n’a pas besoin de solliciter le locataire dans un premier temps (caution simple).

Attention, la caution solidaire est un acte lourd financièrement. C’est pourquoi c’est le plus souvent un proche (parent) du locataire quand on accepte.

Caution solidaire : Quels sont les engagements du garant ?

La caution solidaire n’engage que le garant qui la signe sur « ses biens propres et revenus ».

Il peut être engagé à payer pour : 

  • Les impayés de loyers du locataire, intérêts de retards 
  • Les frais de remise en état après dégradation du logement
  • Les charges non réglées 

Caution solidaire — Serment inviolable du garant ?

La caution solidaire, c’est un peu comme « le serment inviolable » dans Harry Potter. Le garant ne peut pas se désengager avant la fin du bail, mais il n’est pas responsable à vie des dettes du locataire.


Source image : Harry Potter — Es-tu prêt à faire le Serment inviolable ? 

Si le garant solidaire « brise le serment inviolable » et ne rembourse pas le propriétaire, il peut être assigné en justice et condamné à rembourser les dettes du locataire.

Comment faire pour se porter caution solidaire ?

La caution solidaire prend la forme d’un écrit appelé « l’acte de cautionnement ». Cet acte peut être à durée déterminée ou indéterminée dans le temps.

L’acte précise les engagements du garant : paiement des dettes du locataire. Pour être caution solidaire, il faut être majeur et avoir sa capacité juridique. Le plus important pour le propriétaire c’est que le garant ait des revenus suffisants pour couvrir les dettes du locataire.

La durée de l’engagement du garant

La loi précise que l’acte de caution solidaire est limité dans le temps, l’engagement du garant ne peut être infini.

Si l’acte ne précise pas la durée et indique seulement « pour l’ensemble de la durée du bail et ses reconductions », le garant pourra résilier son engagement dès la fin du bail. Il reste malgré tout responsable du remboursement des dettes du locataire pour l’ensemble du bail en cours.

Formalités — Acte de cautionnement 

L’acte de cautionnement doit comporter un ensemble d’informations afin de ne pas être considéré comme irrégulier. L’acte est signé par le garant, il doit obligatoirement être mis par écrit.

Voici les mentions qu’il doit comporter au minimum : 

  • L’identité du : propriétaire, garant, locataire
  • L’adresse du logement mis en location 
  • Le montant du loyer écrit en toutes lettres
  • Le type de caution (simple ou solidaire)
  • La durée de l’engagement de la caution
  • Quelles sont les conditions de révision du loyer 

Depuis le 25 novembre 2018, la loi Elan a supprimé la mention manuscrite que devait remplir le garant.

Le non-cumul de la caution solidaire et la GLI

La loi Boutin interdit au propriétaire qui bénéficie déjà d’une assurance loyer impayée à exiger un garant au locataire. La seule exception à cette règle, c’est quand le candidat locataire est étudiant ou en contrat d’apprentissage et qu’il n’a pas accès à une bourse.